www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Questions éducatives 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
26 avril 2021

FORMATEURICES-TEURS / S’informer pour résister : VISIO le 4 MAI à 17h30 - LIRE aussi le numéro SPÉCIAL

FORMATRICES-TEURS / S’informer pour résister

Le SNUipp-FSU 06 vous invite à une réunion en visio le 4 mai à 17h30.

*******

Les questions de formation revêtent, en cette année si singulière, une actualité brûlante tant du point de vue des conséquences sur la charge de travail des formateurs et formatrices que sur les orientations sous-jacentes.

- Dans le numéro précédent (Voir SNUinfo n° 136 nov 2020 : LIRE ici), nous évoquions la mise en place des constellations avec l’ambivalence du « guide plan français » qui contient aussi bien de quoi « mettre au pas » les formateur-trices du 1er degré, avec un niveau d’encadrement de leur travail jamais atteint, que la possibilité de renforcement de la professionnalité enseignante à la condition que les constellations restent à la main des enseignant-es.

- S’informer est dans cette situation essentiel pour résister : c’est ce que nous disent les remontées de terrain à ce sujet

LIRE LE NUMERO SPECIAL élaboré par le Snuipp-FSU / FORMATEURS -TRICES

PDF - 6.6 Mo
SNU INFO 138 Supp2 (1)

******

Le SNUipp-FSU a acté un plan d’action pour les semaines qui viennent.

L’idée centrale est de redonner du sens aux actions des formateurs-trices".

Afin de préparer au mieux ce plan d’action le SNUipp-FSU 06 vous invite à une réunion en visio le 4 mai à 17h30.

Pour vous inscrire renvoyez nous un mail (snu06@snuipp.fr).

Par retour nous vous ferons parvenir le lien de connexion.

******

Plan d’action / Formateurs-trices du 1er degré

- Présentation du plan d’action :

- Pour répondre à leur surcharge de travail, l’élaboration de dispositifs de formation doit être remise au centre de leur activité et ce qui n’en relève pas doit être sinon évacué, a minima réellement allégé.
- Le plan d’action du SNUipp-FSU passe par une élaboration, dans chaque département, dans des RIS ou réunion de formateurs-trices, des priorités pour leur métier, avec la revendication d’une lettre de mission ou d’une fiche de poste pour protéger les formateurs-trices des dérives et surcharges. La revendication de ces priorités sera portée à la fois localement et nationalement.

- Sera mise en débat une journée nationale d’action le 20 mai prochain, à l’occasion des 2 journées de regroupement virtuel par le MEN des formateurs-trices au niveau national les 20 et 21 mai prochains, avec la perspective d’une ouverture par le ministre le 20. Les modalités concrètes sont à définir collectivement.

-  A partir de la synthèse des priorisations, le SNUipp-FSU demandera une audience au ministre, sur les conditions de travail des formateurs-trices, la revendication d’une priorisation de leurs tâches autour des questions de formation et une égalité de traitement sur les questions indemnitaires.

-  Le SNUipp-FSU axera son intervention sur la nécessité d’un recentrage du métier autour des questions de pédagogie et de formation, cœur du métier, pour permettre une réponse à l’impossibilité actuelle de le réaliser, à la surcharge de travail, ainsi que pour borner le risque qu’une éventuelle avancée du côté des indemnités s’accompagne, pour le ministère, d’une charge de travail supplémentaire ou une dérive des missions vers des fonctions de gestion des ressources humaines.

- Nous mettrons en avant les revendications liées au temps (reconnaissance du temps invisible comme les temps de préparation des formations) et aux priorités à retrouver dans leur travail (respect de la circulaire de 2015, formations sur toutes les dimensions des programmes…).

- Les revendications de moyens seront également portées : postes (dont postes de CPC EPS dans les circos), mais aussi décharges (PEMF), outils de travail…

******

CR de la visio nationale du 25/03/2021, les échanges ont porté sur :

- La surcharge de travail des formateurs-trices du 1er degré (les « constellations » des plans Français et Maths représentent 60% de temps de travail qui se sont ajoutés à… 100%).

- La perte de sens de leur travail (poids des tâches administratives dont GAÏA et du travail invisible), les formateurs-trices n’ont plus aucune disponibilité pour répondre aux demandes/besoins des équipes des écoles.

- La non reconnaissance du travail de préparation des dispositifs de formation.

- La réorientation de leur métier : dans certains départements les formateurs-trices ne sont pas associés à l’élaboration des dispositifs de formation centralisée au niveau de la DSDEN. Dans d’autres, c’est le conseil des IEN qui statue dans l’urgence sans prise en compte du temps d’élaboration nécessaire.

-  L’ambivalence des constellations : vues par la majorité des formateurs-trices comme l’occasion de retrouver leur « cœur de métier » (la formation /certains départements alertent sur le fait qu’elles sont vécues comme intrusives et porteuses du contrôle du travail des enseignant-es / le groupe Formateurs-trices du national rappelant que le « guide plan français » prévoit aussi un encadrement fort de la formation des formateurs-trices en lien avec les prescriptions ministérielles sur la lecture…

-  Les revendications financières des formateurs-trices du 1er degré qui ne bénéficient pas d’une égalité de traitement par rapport aux autres PE : exclusion de l’ISAE, des indemnités REP et REP+ ; plus récemment : exclusion de la prime COVID, exclusion de la prime d’équipement.

- Les menaces sur la formation et le métier de formateur-trice, contenues dans la réforme de la Formation Initiale, la réforme du CAFIPEMF, les synthèses des ateliers du Grenelle… Au-delà du resserrement sur les fondamentaux, ces réformes et annonces laissent entrevoir que les missions des formateurs-trices pourraient évoluer vers des fonctions de GRH (gestion des ressources humaines).

- Des transformations de postes CPC spécialisés ou ERUN en CPC généralistes, avec les conséquences pour le mouvement.

- Des points divers : problèmes posés par les postes à profil ; problèmes posés par le recours aux contractuels dans les classes ; décharges de PEMF encore à 25% et non à 33% ; besoins en outils des formateurs-trices…

- Nous avons fait le constat que des mobilisations de formes et de niveaux divers existent dans de nombreux départements : courriers collectifs/tribunes ; délégations auprès des DASEN et/ou Recteurs-trices ; fiches RSST (voire CHSCT exceptionnel sur la souffrance au travail des formateurs-trices)… Au centre de ces mobilisations il y a le conflit sur la définition des priorités des tâches des formateurs-trices.

- Des pistes ont été dégagées, notamment avec l’annonce de 2 journées de regroupement virtuel par le MEN des formateurs-trices au niveau national les 20 et 21 mai prochains, avec la perspective d’une ouverture par le ministre le 20, ce qui pourrait constituer une journée de mobilisations des formateurs-trices dans tous les départements.

- Conclusion provisoire :

- Le plan d’action proposé devrait aussi nous permettre d’amener, les collègues formateurs-trices à partager nos analyses de ce qui se joue autour de la formation, pour le métier d’enseignant et la gestion à venir du système éducatif et de l’école.

- Le colloque national sur la formation, envisagé pour la fin de l’année, prendrait ainsi tout son sens pour les collègues formateurs-trices du 1er degré.

- Avec le plan d’action proposé, le SNUipp-FSU espère dynamiser la mobilisation des collègues formateurs-trices, parce que les transformations en profondeur du métier d’enseignant et de la gestion des écoles et des enseignant-es, passeront notamment par elles et eux.

- Il est nécessaire que notre syndicat se montre à l’offensive sur les questions qui concernent ces collègues, d’abord pour défendre le sens et les conditions de leur travail, mais aussi dans l’intérêt de toute la profession.

 

61 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.