SNUipp-FSU Alpes-Maritimes
http://06.snuipp.fr/spip.php?article5806
Maintien de la clause de sauvegarde à Ranguin (Cannes la Bocca) : le SNUipp-FSU dans l’action avec les collègues
lundi, 15 janvier 2018
/ SNUipp 06

Obtenir le maintien de la clause de sauvegarde pendant une année supplémentaire : telle est la revendication portée par une délégation de collègues de Ranguin (groupes scolaires Pagnol, St Exupéry et Daudet à Cannes La Bocca) réunie avec le SNUipp-FSU, vendredi 12/01. Cette clause, mise en œuvre lors de la précédente révision de la carte de l’Education Prioritaire (EP) en 2014/2015, prévoit que pour les établissements concernés par une sortie d’EP, les moyens dédiés soient conservés pendant trois années. Pour les écoles de Ranguin mécaniquement entraînées hors de l’EP par la sortie du collège Gérard Philipe à la rentrée 2015, il s’agit d’obtenir, un maintien des moyens garantis (taux d’encadrement, assistants d’éducation, accompagnement éducatif, indemnités et bonifications au mouvement, etc.) pendant une année supplémentaire, avant la révision programmée de la cartographie de l’Education Prioritaire à la rentrée 2019.

Au fondement de cette demande, une modification sensible du paysage scolaire local. A la rentrée 2019, le collège de Pégomas devrait ouvrir ses portes, drainant avec lui une grande partie du public de Gérard Philipe, en particulier les élèves issus des secteurs les plus favorisés. Il en résulterait une plus grande homogénéité du public scolaire accueilli à Philipe, avec une plus grande concentration d’élèves issus des écoles de Ranguin, quartier classé en politique de la ville.

Cette évolution pourrait occasionner le retour de Philipe (et donc des écoles de Ranguin qui l’alimentent) dans l’EP. Les écoles demandent donc que les moyens soient préservés une nouvelle année, en attendant la réévaluation du secteur, pour assurer une pleine continuité de fonctionnement des établissements concernés (configuration pédagogique des écoles, projets fondés sur la présence d’un-e assistant-e d’éducation, stabilité des équipes pédagogiques, interventions du RASED). Cette revendication est d’autant plus légitime que les écoles de Ranguin, situés aux abords immédiats des grands ensembles de logements sociaux du quartier, se caractérisent par une densité d’élèves issus de familles défavorisées bien supérieure à celle du collège, au bassin de recrutement plus large et plus hétérogène.

A la suite d’un courrier commun des directions des six écoles adressé à l’IA (et resté sans réponse à ce jour), le groupe réuni vendredi 12/01 et accompagné par le SNUipp-FSU 06 devrait mettre en œuvre un programme d’actions pour faire entendre ses revendications légitimes : pétitions, demande d’audience à la hiérarchie, assemblées générales des personnels et des parents d’élèves qui devraient statuer sur des perspectives éventuelles de rassemblements, grèves et manifestations. Les personnels sont d’ores et déjà assurés du plein soutien accordé par le SNUipp-FSU 06 pour construire un mouvement collectif d’ampleur, susceptible de faire aboutir les revendications portées.

©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.