www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Retraites 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
13 janvier 2020

Pour NOS RETRAITES : toujours mobilisé-es ! LE PLAN D’ACTIONS DE LA SEMAINE : Greve Mardi 14 : 10h Masséna ; Mercredi 15 : tractages 14h ; Jeudi 16 : descente aux flambeaux 18h ; Vendredi : concert ; Samedi 11h Manif.

En grève le MARDI 14 janvier : maintenons la pression ! Rendez vous 10h Place Masséna

Il faut amplifier le rapport de force !


POUR NOS RETRAITES : TOUJOURS MOBILISE-ES !

Plan d’actions pour cette semaine !

 

- Mardi 14 janvier : grève et manifestation

NICE : Départ 10h place Massena

puis place Garibaldi, Cassini et arrivée au port

- Mercredi 15 janvier : tractage massif à travers tout le département 06 14h sur différents lieux :

- Nice étoile,
- Lingostière,
- Auchan la Trinité,
- Auchan Grasse.
- Que les volontaires se fassent connaître auprès de nous très rapidement.

- Jeudi 16 janvier : descente aux flambeaux de l’avenue J Médecin Rdv à 18h à la gare de Nice ville,

vin chaud à l’arrivée. Amenez fumigène, lampes électriques, bougies...

- Vendredi 17 janvier : concert de soutien à la lutte

contre la retraite à points De 20h à 23h au Diane’s 6 rue Saint-Vincent, 06300 Nice Concert organisé par FSU, CGT et Solidaires

- Samedi 18 janvier - 11 heures

Manif interprofesionnelle 11 h Place Masséna à NICE

La lettre d’E Philippe

- Dans un courrier envoyé le 11 janvier aux syndicats, E Philippe propose de revenir sur l’âge pivot pour les années 2022-2027. Mais il entoure ce retrait de conditions draconiennes. "je suis disposé à retirer du projet de loi la mesure de court terme que j’avais proposée consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers u âge d’équilibre de 64 ans en 2027", écrit E Philippe.

- "Le gouvernement modifiera le projet de loi pour demander au parlement une habilitation large lui permettant de prendre par ordonnance toute mesure permettant d’assurer l’équilibre du système e retraite à l’horizon 2027...

- Les mesures destinées à rétablir l’équilibre ne devront entraîner ni baisse des pensions... ni hausse du coût du travail pour assurer la compétitivité de notre économie". Le premier ministre précise aussi que "le projet de loi prévoiera que le futur système universel comporte un âge d’équilibre".

- En clair, la notion d’âge d’équilibre avec malus et bonus, calculé automatiquement comme principal outil pour assurer l’équilibre du système de retraite est maintenu après 2027.Le seul changement concerne les années d’entrée dans le nouveau système entre 2022 et 2027.

- Pour ces années 2022-2027, les syndicats pourront proposer un système assurant l’équilibre à condition de ne pas augmenter les cotisations patronales et de ne pas diminuer le montant des pensions. Dans ces conditions, pour assurer l’équilibre ce sont les syndicats eux-mêmes, s’ils arrivent à se mettre d’accord, qui seraient amenés à définir un nouvel âge pivot et qui en assumeraient l’impopularité. A défaut d’accord, le gouvernement pourra faire ce qu’il veut par ordonnance.

- Pour les enseignants : vers le scénario catastrophe ?

- Pour les enseignants, la manoeuvre d’E Philippe pourrait être catastrophique. Les enseignants ne sont pas particulièrement mobilisés sur l’âge pivot. Trois sujets expliquent leur mobilisation exceptionnelle depuis décembre.

- Le premier c’est évidemment le montant futur de leur retraite : le nouveau système se traduirait par une baisse très importante des pensions. Le ministre promet une revalorisation dans le cadre d’une loi de programmation adoptée, au mieux, six mois après la loi retraites. Le second ce sont les contreparties que le président de la République, le premier ministre et le ministre de l’éducation nationale exigent en échange de cette éventuelle revalorisation et qui visent à instaurer un nouveau métier enseignant.

- Enfin il y a les nombreux sujets de mécontentement liés à la gestion de JM Blanquer. De tous les salariés mobilisés contre la réforme des retraites, les enseignants sont ceux qui ont le plus à perdre financièrement. Leurs pensions devraient diminuer d’au moins un tiers. Pour les mettre à niveau il faudrait relever fortement leurs salaires.

- Mais le pire c’est que la réforme veut les obliger à regarder l’avenir, un avenir redéfini par JM Blanquer. De tous les salariés mobilisés contre la réforme des retraites, les enseignants sont aussi les seuls qui sont soumis à un chantage ministériel. Leur ministre les enjoint d’accepter une redéfinition de leur métier pour pouvoir bénéficier d’une revalorisation amortissant, dans une proportion qui reste complètement à définir, les pertes liées à la réforme.

- Autrement dit les enseignants ont besoin d ’un rapport de force tel qu’il permette soit le retrait total du projet soit de réelles négociations sur les contreparties et la revalorisation et qu’elles soient bouclées avant l’examen de la loi sur les retraites. Le calendrier gouvernemental prévoit que la loi de programmation sur les enseignants vienne à la suite de la loi retraites à un moment où les enseignants seraient seuls face au gouvernement.

- C’est pourquoi, le SNUipp-FSU appelle à continuer et amplifier encore la mobilisation par la grève, mardi 14 janvier, et les manifestations pour obtenir le retrait de ce projet et l’ouverture de véritables négociations sur les salaires, les cotisations et l’amélioration du droit à la retraite dans le cadre du système et des régimes existants.


La diffusion de l’avant-projet de loi ainsi que le courrier du Premier Ministre aux organisations syndicales le 11 janvier n’ont fait que confirmer les craintes de la FSU et amplifier sa détermination à continuer la mobilisation.

- La réforme est bel et bien maintenue par le gouvernement malgré le mouvement social en cours et pour lequel le soutien de l’opinion se renforce encore.

- Dans son courrier, le Premier Ministre confirme que l’âge pivot sera effectivement appliqué dans le système universel qu’il prévoit. La petite ouverture sur un « retrait provisoire » de cet âge pivot en tant que mesure paramétrique immédiate est tout de suite assortie de deux verrous : d’une part, cet âge d’équilibre figurera bel et bien dans la future réforme, et d’autre part le Premier Ministre prend soin de préciser que « le coût du travail » ne doit en aucun cas être augmenté. Il exclut donc toute augmentation des cotisations patronales.

- Cela signifie d’emblée qu’il interdit d’agir sur les taux et assiettes de cotisations et donc de rechercher des financements nouveaux, préférant des mesures qui, d’une manière ou d’une autre, en jouant sur les âges, les durées ou encore d’autres modalités, réduiraient les droits des seul-es salarié-es. Ce n’est donc pas une avancée.

Audience au Ministère

Par ailleurs, la FSU est reçue à l’Éducation Nationale lundi 13 janvier, à 17h30 sur la question des salaires.

- Elle ne dispose pas d’éléments à cette heure sur le niveau, les modalités et les éventuelles contreparties en termes de charge de travail des « compensations à la réforme » pour les enseignant-es annoncées par JM Blanquer.

- La FSU refuse cette logique de compensation puisqu’elle ne veut pas de cette réforme et que la question de la revalorisation est, pour elle, déconnectée de la réforme des retraites.

-  En revanche, elle attend du Ministre que des propositions concrètes et chiffrées soient enfin mises sur la table afin de procéder à une revalorisation salariale légitime.

- La FSU rappelle que ce sont les carrières et les salaires de tous les personnels de l’éducation qu’il faut revaloriser avec une attention particulière aux inégalités professionnelles femmes / hommes et elle fera lors de cette réunion ses propres propositions en ce sens.

- La FSU porte aussi ses exigences de revalorisation et de résorption des inégalités salariales au niveau de l’ensemble de la Fonction publique ; elle rappelle que de nombreux agent-es publics, notamment de catégorie C, ont de très faibles revenus et que beaucoup ont, comme les enseignant-es, un régime indemnitaire faible.

 

38 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.