www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Dossiers  / DIRECTION D’ECOLE 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum

Documents joints

16 novembre 2019

13 NOVEMBRE 2019 : Direction d’école : de timides avancées, mais le compte n’y toujours est pas. DECRYPTAGE de la consultation Nationale ; réunions IEN ; moratoire enquête et journée de décharge supplémentaire - COURRIERS à l’IA

18 novembre : Lire le courrier du SNUipp-FSU adressé à l’IA 06

PDF - 38.7 ko
Courrier Dasen 19 novembre 2019

- Et celui du 12 novembre faisant suite à l’audience obtenue le 6 novembre à l’occasion du rassemblement devant le Rectorat de Nice

PDF - 42.8 ko
courrier Dasen 12 nov 2019

Direction d’école : de timides avancées, mais le compte n’y toujours est pas...

- Une journée de décharge exceptionnelle en novembre ou décembre, un moratoire jusqu’à la fin de l’année civile sur les enquêtes réclamées aux écoles, la mise en place de comités de suivi, voici les trois annonces du ministère lors du Comité technique ministériel du 13 novembre à destination des directeurs et directrices.

- De premières mesures qui restent nettement insuffisantes et qui doivent en appeler d’autres pour une réelle amélioration de leur situation.

LIRE la suite

- Le SNUipp-FSU rappelle combien les directeurs et directrices jouent un rôle essentiel pour le bon fonctionnement de l’école et l’urgence à répondre à la dégradation de leurs conditions de travail. De la même manière, le ministère employeur doit garantir bien-être, santé et sécurité au travail de tous les personnels.

- Afin que les propositions du CTM ne soient pas vécues comme un pis-aller, le SNUipp-FSU demande solennellement au ministre de prendre rapidement d’autres mesures concrètes.

LIRE le 4 pages SNUipp-FSU spécial DIRECTION

LIRE ICI


CONSULTATION nationale jusqu’au 1er décembre

- En parallèle, les directeurs-trices ont également reçu le 13 novembre un mail du Ministère les incitant à participer à la consultation nationale sur la direction d’école ouverte jusqu’au 1er décembre.

- Le SNUipp-FSU invite à se saisir de cette consultation, y compris en réfléchissant et en remplissant collectivement en conseil de maîtres certaines questions de fond.

- Si la plupart des questions permettent de de faire le point sur la situation actuelle de la direction, on ne peut que déplorer l’insuffisant calibrage a priori de la charge horaire minimisée par le ministère (le maximum horaire est limité à 30 h quand les directeurs et directrices déclarent en moyenne environ 45 h et souvent bien davantage).

-  La question 26 induit un positionnement hiérarchique de la direction vis-à-vis des adjoint-es. Est-elle pré-figuratrice des projets ministériels ? Une telle position hiérarchique dégraderait le fonctionnement collectif des écoles sans améliorer leur efficacité pédagogique, ni solutionner la surcharge de travail et l’isolement des directeurs et directrices (lire ICI).

- Cette consultation peut être remplie par toutes et tous, directeur-s trices ou adjoint-es :

VOIR ICI


REUNIONS dans les circos

- Dans tous les départements aussi, des réunions sont aussi organisées par les DASEN dans chaque circonscription censées mener dialogue et réflexion, autour de " la situation de l’école et les fonctions de Directeur aujourd’hui.

- Ces réunions ne sont pas obligatoires. Le SNUipp-FSU invite cependant les collègues à assister à ces réunions pour porter la réalité des situations et mettre en avant les revendications légitimes.

- La plupart des réunions sont organisées sur le temps de travail, ce qui est une bonne chose si les collègues sont remplacés. Il est à regretter fortement celles mises en place le soir après 17h qui ne participent pas créer de bonnes conditions de dialogue (les directeurs-trices convié-es hors temps de travail pourront ne pas assister à une concertation pédagogique).

- Enfin, on ne peut que relever le caractère pour le moins inadéquat de la relation hiérarchique IEN/directeurs-trices comme cadre pour libérer la parole sur l’exercice réel de la direction d’école...

N’hésitez pas à nous faire part de vos retours suite aux réunions.


STOP aux enquêtes

- Le ministère prononce un moratoire sur les enquêtes jusqu’à la fin de l’année civile. Voilà qui met provisoirement fin aux pressions du recteur, de l’IA et des IEN pour obtenir le renseignement de Sécurisk, outil abscons qui surcharge inutilement les directions d’école sans leur permettre d’améliorer véritablement la sécurité dans les écoles.

- Le SNUipp-FSU demande l’extension du moratoire et la totale remise à plat d’un dossier sécurité qui met en péril le bon fonctionnement des écoles, en particulier des maternelles privées d’une relation sereine avec les familles, sans apporter de plus-value à l’exercice de responsabilités souvent disproportionnées en matière de sécurité.

- Le SNUipp-FSU 06 appelle aussi les collègues à saisir par écrit leur IEN au sujet de la journée de décharge exceptionnelle prévue en novembre ou décembre (copie au SNUipp-FSU).

- Le SNUipp-FSU 06 exercera toute la vigilance nécessaire pour que cette disposition soit bien mise en oeuvre, en conformité avec les besoins des écoles et non en fonction des contraintes de l’administration.

- A noter... Le DASEN a sollicité les IEN pour avoir un bilan des demandes et sollicitations déjà menées auprès des directeur-trices depuis la rentrée. Il risque d’être surpris ... !

Personne n’est dupe de l’empressement soudain de l’institution après des années d’inaction malgré les mobilisations et les revendications portées par le SNUipp-FSU. C’est bien l’impact médiatique, l’émotion suscitée dans la profession par le suicide de Christine Renon et les mobilisations initiées par le SNUipp-FSU depuis octobre qui ont contraint le ministère à quelques ouvertures...

- Il importe pour le SNUipp-FSU de saisir des timides opportunités offertes pour porter les légitimes demandes de reconnaissance de l’engagement professionnel des directeurs et directrices. Celles-ci doivent permettre l’amélioration concrète des conditions d’exercice : extension des décharges, aide administrative statutaire pérenne et qualifiée, revalorisation salariale, allègement et simplification des tâches.


Décryptage du questionnaire ministériel sur la direction d’école. Pour quoi faire ? Qu’en faire ?

- Le vif émoi suscité par le suicide de notre collègue directrice Christine Renon et les importantes mobilisations enseignantes qui ont suivi ont obligé le ministre de l’Education Nationale à bousculer son agenda social pour se pencher sur les conditions de travail des directrices et directeurs d’école.

-  Le 15 octobre, le SNUipp-FSU a présenté au Ministre un plan d’action de 15 mesures d’urgence pour la direction d’école, à prendre sans tarder, dès le retour des vacances d’automne

- Les préoccupations des directrices et directeurs sont en effet connues : le temps n’est plus à tergiverser. Pour que chacun puisse remplir ses missions, il faut entre autres :

- des aides à la direction et au fonctionnement de l’école,
- une augmentation des décharges,
- une augmentation des rémunérations,
- des formations initiale et continue de qualité...

- Mais le ministère, sourd au diagnostic et aux revendications, préfère lancer un questionnaire à destination des 45000 directrices et directeurs. Ce questionnaire est arrivé ce mercredi 13 novembre sur la boîte professionnelle personnelle des collègues chargés de direction

- Pour le SNUipp-FSU, ce questionnaire ne peut être la solution aux préoccupations actuelles Depuis de nombreuses années, nous alertons le ministère sur la dégradation des conditions de travail des directrices et directeurs, qui a conduit à une perte de sens du métier avec un impact sur le fonctionnement de l’école comme sur la santé des personnels.

- Le diagnostic est connu, les mesures pour améliorer nos conditions de travail également ! Quel est alors le but de ce questionnaire ?

- Gagner du temps ? Les 11 suicides d’agents de l’Education Nationale depuis cette rentrée scolaire, et le nombre croissant de collègues en souffrance ne le permettent pas, il y a urgence !

- Donner l’illusion d’écouter les personnels ? Nous ne sommes pas dupes, et ne comptons pas sur le ministre qui a démontré à de multiples reprises son déni de notre professionnalisme (pilotage des évaluations nationales, publications de guides injonctifs, restriction du plan de formation...)
- L’utiliser à des fins politiques ? De la même façon que les résultats des évaluations nationales ont été manipulés (résultats 2018 présentés à la presse alors que la campagne de saisie des remontées n’était pas close ; résultats 2019 qui n’ont servi qu’à alimenter l’auto-satisfecit du ministre et à vanter de façon anticipée les prétendus résultats de ses orientations politiques…), nous ne nous faisons pas d’illusion sur la restitution et l’analyse qui en seront faites.
- Ainsi, le terme « pénible » qui ne présente que 2 occurrences dans le questionnaire (sur 31 questions) est le seul qui évoque le champ de la souffrance : il sera donc difficile de cerner précisément au travers de ces deux questions fermées ce qui affecte les directrices et directeurs.
- En revanche, les termes « pilotage » (présent plusieurs fois), « évaluation » et « autorité » conduisent aisément à penser que l’idée du « statut de directeur » demeure bien en filigrane un objectif du Ministère, pourtant éconduit sur ce sujet au printemps dernier par les mobilisations contre la Loi Blanquer.

- Enfin, adresser ce questionnaire uniquement aux directrices et directeurs n’est pas un choix anodin du Ministère. Parce que la question des évolutions et du fonctionnement de l’école concerne aussi l’ensemble de la profession, le SNUipp-FSU avait demandé à ce que ce questionnaire soit adressé à tou·tes les enseignant.es du premier degré. Le ministère s’y est refusé.

-  Pour le SNUipp-FSU, si la souffrance des directrices et directeurs est manifeste et spécifique, celle des autres membres de la communauté éducative est également à prendre en compte. Par l’exercice solitaire et individuel de la réponse à ce questionnaire, le ministère accroît l’isolement des collègues chargés de la direction d’école.

- Pour toutes ces raisons, le SNUipp-FSU 06 appelle toutes les équipes : à s’emparer collectivement du texte de ce questionnaire pour y réfléchir collectivement, et rompre l’isolement du collègue directeur-rice sur ces questions métier.

- Nous rappelons que cette consultation est facultative

N’hésitez pas à prendre connaissance des éléments de décryptage que nous mettons à disposition ci-dessous...

PDF - 80.4 ko
Décryptage

 

31 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.