www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Questions éducatives  / Temps de travail : APC 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum

Documents joints

4 octobre 2016

Arrêt des APC : Trop de travail non reconnu, arrêtons les APC !

Arrêt des APC : le SNUipp-FSU lance la consigne

Arrêt des APC : le SNUipp-FSU a lancé la consigne

Les enseignants des écoles sont déjà plus de 35 000 à s’être engagés à ne plus faire l’APC afin de redonner ce temps aux équipes et compenser une partie du travail invisible. 37 649 engagements au 7 novembre

Un premier objectif atteint pour le SNUipp-FSU qui s’est adressé à la ministre et a lancé sa consigne d’arrêt des APC.

Arrêt des APC : le SNUipp-FSU a lancé la consigne

37 649 engagements au 7 novembre

CI-CONTRE un NOUVEAU 4 Pages spécial élaboré par le SNUipp

Comment s’organiser, que faire, que dire ... ?

Trop de travail non reconnu, arrêtons les APC !

Après avoir atteint le seuil d’engagements fixé collectivement pour lancer la campagne d’arrêt des APC, le SNUipp a lancé la consigne d’arrêt des APC. L’objectif est d’engager les collègues dans une action collective et massive pour remettre à l’ordre du jour la question de nos obligations de service et obliger le ministère à ouvrir des discussions sur notre temps de travail.

Restons mobilisé(e)s et déterminé(e)s ! Avec notre action, nous avons touché une préoccupation forte des collègues qui ont l’impression de s’épuiser en répondant aux multiples demandes, injonctions, sollicitations sans qu’elles ne soient reconnues dans leurs obligations de service.

Le 10 novembre prochain, nous serons reçus par le nouveau directeur de cabinet de la ministre pour traiter notamment de cette question.

Le cap des 35 000 engagements est dépassé. Pour le SNUipp-FSU, il s’agit d’une première victoire. D’ores et déjà, dans toutes les écoles de France, dans chaque salle des maîtres, le syndicat a réussi à ouvrir le débat autour de la réduction du temps de travail, à impliquer une part importante des enseignantes et des enseignants dans un engagement à arrêter les APC.

Un temps de travail qui doit être redéfini Désormais il s’agit pour le SNUipp d’avancer concrètement vers la réduction du temps d’enseignement et d’obtenir rapidement des négociations avec la ministre sur ce dossier. Il continuera pour cela à développer un argumentaire montrant l’inefficacité des APC relayant entre autres les travaux récents de la recherche ou encore le dernier rapport sur les inégalités scolaires produit par le Cnesco et le réel besoin de redéfinir le temps de travail pour reconnaître l’ensemble des missions et tâches des enseignants.

Le syndicat passe à la deuxième étape de son action, avec derrière lui le rapport de force enclenché par plus de 10 % des personnels, rapport de force qui ne demande qu’à s’amplifier. Il s’est adressé à la ministre pour lui demander l’ouverture de discussions et lance dès aujourd’hui sa consigne d’arrêt des APC.

Une campagne qui se décline dans les écoles avec une lettre aux parents et dans chaque département avec une adresse aux DASEN.

Le SNUipp invite désormais les enseignants à récupérer ces 36 heures pour effectuer d’autres taches au profit des élèves.

C’est une question qu’avait posée le SNUipp-Fsu lors des discussions sur les obligations de service en juin dernier mais la ministre n’avait pas souhaité à l’époque travailler ce sujet. On pose ainsi la question du temps de travail des enseignants. Les enseignants ont plus de responsabilités. Le métier s’est complexifié. Les enseignants ont besoin de temps pour travailler en équipe, pour gérer les enfants handicapés, accueillir les parents. Mais l’institution n’a pas mis de temps en regard.

Plus nous serons nombreux, plus le rapport de force sera important ! Nos conditions de travail ne cessent de se dégrader, nos salaires sont gelés, les réformes successives, et notamment celle sur les rythmes scolaires, se font sur le dos des enseignants il faut que ça cesse !

Dans ce contexte, le SNUipp-FSU lance sa consigne de "réappropriation des 36h" : fin des APC dont les 36h doivent être justifiées par du temps utile jamais comptabilisé ...

Pour le SNUipp-FSU, il est grand temps que la hiérarchie fasse confiance aux professeurs des écoles qui ont une réelle expertise. Ils sont en effet les mieux placés pour savoir ce qui est le plus utile pour accompagner leurs élèves vers la réussite : les rencontres avec les parents et/ou avec les services spécialisés, les réunions d’équipe pour un réel travail mutualisé, l’élaboration de projets fédérateurs ... autant de possibilités qui doivent pouvoir se concrétiser sur le terrain.

Tout le monde ne peut qu’applaudir au travail en petits groupes mais cela passe avant tout par l’indispensable baisse des effectifs dans toutes les classes, la réhabilitation des postes de Rased permettant la reconnaissance et la légitimité de leur expertise auprès des élèves en difficultés

Faites-nous confiance, les 108 h on les fait LARGEMENT ! Stop aux tableaux, excel, ods, j’en passe et des meilleures !

Nos 108 heures (annuelles), nous les faisons largement ! Et ce n’est pas (QUE) le SNUipp qui le dit ! Une très officielle enquête de la DEPP (direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, de l’Education Nationale) en fait état : les enseignants du premier degré public déclarent travailler 44 heures par semaine en moyenne

A défaut de réponse du Ministère, le SNUipp-FSU appelle à ne plus mettre en œuvre les APC afin de se réapproprier ce temps et propose dès maintenant aux collègues de noter "noir sur blanc" le travail "invisible" effectué à la place de ces 36 heures annuelles afin de montrer s’il en était besoin que ces heures sont utilisées au sein de l’école à d’autres fins

(cf liste non exhaustive ci contre).

Il s’agit certes là "d’enclencher un rapport de force" désormais avec la Ministre sur la base des plus de 36 933 engagements au 10 octobre de collègues pour obtenir l’ouverture de négociations.

Une action c’est toujours une prise de risques, passant par des possibilités de pressions diverses. Mais l’action collective est là aussi pour construire un rapport de forces.

Nous proposons aux collègues de noter "noir sur blanc" " le travail "invisible" effectué à la place de ces 36 heures annuelles afin de montrer s’il en était besoin que ces heures sont utilisées au sein de l’école à d’autres fins.

Ce "tableau de bord" du travail invisible de chacun(e) est à conserver et n’a pas à être adressé à l’Ien.

Rappelons que les collègues directeurs ne sont pas redevables des obligations de services des adjoints et n’ont pas à répondre à des enquêtes éventuelles de l’IEN sur l’application de la consigne syndicale dans leur école.

Tenez nous au courant de l’arrêt des APC dans votre école, par mail, tél... N’hésitez pas à nous contacter si besoin !

Nous avons rencontré l’IA Vendredi 7 octobre pour lui annoncer officiellement la consigne syndicale nationale.

Cf compte-rendu http://06.snuipp.fr/spip.php ?article5125

Dans tous les départements la même démarche est lancée devant chaque IA et ce afin de peser sur l’ouverture de nouvelles discussions sur nos obligations de service.

En pièces jointes :

* Enquête SNUipp sur le temps de travail des enseignants:en moyenne + de 43h par semaine !

* Liste non exhaustive du travail invisible (cf. 108 h ça déborde !)

* Quelques arguments supplémentaires sur la pertinence de stopper les APC

* Proposition de lettre aux parents pour expliquer le sens de notre action

* Le courrier du SNUipp-Fsu à la Ministre

* Le courrier du SNUipp-Fsu 06 à l’IA 06

* un 4 pages national / APC

 

36 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.