www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Dossiers  / DIRECTION D’ECOLE 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
14 juin 2015

Redéploiement de l’Aide Administrative : un nivellement par le bas !

Critères de répartition de l’aide administrative dans les Alpes-Maritimes pour la rentrée 2015 ou la gestion de la pénurie…

A l’occasion du Groupe de Travail d’ajustement de la carte scolaire du 12 juin 2015, l’IA-DASEN représentée par sa Secrétaire Générale a précisé ses arbitrages en matière de répartition de l’Aide Administrative à la Direction d’Ecole (AADE).

263 Contrats Uniques d’Insertion (CUI) sont consacrés à l’AADE à la rentrée 2015, ce qui est très largement insuffisant pour couvrir les besoins des 560 écoles du département.

Les critères de répartition sont donc les suivants :

Principe général : un demi-poste pour toutes les écoles sauf :

• pour les écoles à classe unique

• pour les écoles hors Education Prioritaire (EP) à 100% de décharge

• pour les écoles bénéficiant déjà d’un moyen en secrétariat fourni par la mairie

Situation particulière : Les écoles en EP à 100% de décharge conservent leur AADE à temps plein si un personnel occupe le poste ; à l’occasion de l’arrivée d’un nouveau personnel, l’attribution se conforme au principe général et est réduite à un demi-poste.

Auparavant, les circonscriptions dérogeaient souvent aux critères définis en amont par l’IA-DASEN pour l’attribution d’une AADE. Parmi nos revendications départementales, l’égalité de traitement est la règle, une clé de répartition, le moyen. Or, celle-ci n’y répond qu’en partie et institutionnalise les écarts de traitement.

Elle aboutit à une exclusion de fait des classes uniques et des grandes écoles. Pour un très grand nombre d’écoles bénéficiant déjà d’une AADE à temps plein, elle se traduit par une inadmissible réduction des moyens attribués. Elle implique une dégradation des conditions d’exercice des personnels, très faiblement rémunérés, qui auront à intervenir sur deux écoles.

Pour le SNUipp-FSU, cette répartition de l’AADE ne répond pas aux besoins des écoles. Le SNUipp-FSU revendique une AADE à temps plein, qualifiée et pérenne (emplois statutaires de la fonction publique) pour toutes les écoles, quelle que soit leur configuration.

Hors de ce cadre, le SNUipp-FSU ne peut accepter l’inacceptable : un éparpillement de moyens précaires sans rapport avec les besoins des écoles.

La gestion de la pénurie qui caractérise ce dossier est inhérente au cadre général de l’AADE, issu du protocole de 2006 que le SNUipp-FSU, s’appuyant sur une large consultation des personnels, avait refusé de signer. Fondée sur des contrats aidés précaires, l’AADE se caractérise par un recrutement de personnels sous-payés, non formés et sans aucune perspective de carrière. L’instabilité due au plafonnement d’une durée maximale des CUI à 24 mois fragilise le fonctionnement des écoles tandis que les directeurs/trices, tel Sisyphe, consacrent temps et énergie à former des personnels dont ils doivent se séparer quand ceux-ci deviennent performants.

Dans ce domaine, comme dans tant d’autres (démographie scolaire, remplacement, reconstitution des RASED, déploiement du « Plus de Maîtres que de Classes », scolarisation des moins de trois ans, formation continue, décharges de direction, etc.), la présumée priorité au primaire inscrite dans la loi de refondation peine à se traduire dans les faits. Plus que jamais, d’autres arbitrages socio-économiques sont nécessaires. La cure d’austérité imposée à l’école comme à l’ensemble de la société fait plonger tous les indices vers le bas… sauf celui de l’échec scolaire !

 

53 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.