www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Dossiers  / CARTE scolaire  

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
9 septembre 2012

CSTD de rentrée : le SNUipp-FSU vous rend compte

Interventions du SNUipp-FSU et mesures de carte scolaire prononcées lors de ce CTSD de rentrée

Déclaration liminaire

A l’ouverture de ce CTSD, le SNUipp tient à rendre hommage à Joel ANDREA, directeur de l’ULIS de l’Archet et compagnon de route du SNUipp et de la FCPE. Ce fut un homme remarquable par ses engagements et ses qualités professionnelles.Nous sommes aujourd’hui profondément tristes.

Avant d’entamer des travaux, nous tenons à dire que nous souhaitons un dialogue social rénové et apaisé. Malheureusement, quelques incidents se sont produits à la rentrée démontrant que certains n’ont pas compris la différence entre autorité et autoritarisme. Nous y reviendrons tout à l’heure. Il faut aussi que notre hiérarchie nous redonne confiance. Temps de service, conditions d’exercice du métier, formation, salaires... Autant de dossiers que le SNUipp met sur la table de la concertation. Car rien ne se fera sans des enseignants bien formés et reconnus dans leur engagement professionnel.

Les enseignants des écoles s’investissent sans compter pour la réussite des élèves. Près de 43 heures par semaine dont plus de 17 h hors enseignement : 11H15 pour la préparation de la classe et les corrections, environ 2 heures pour la concertation avec les collègues, près d’une heure pour les rencontres et réunions avec les familles... Le reste du temps étant consacré à la formation, au soutien scolaire, à la surveillance des récréations.

Comme l’écrit en 2008, le rapport Pochard sur le métier d’enseignant , « si l’on compare cette charge de travail à celle des enseignants des pays de l’OCDE, on constate qu’elle est plutôt plus forte pour les enseignants du premier degré ». Charge de travail d’autant plus lourde que les conditions de travail sont devenues plus difficiles. Trop souvent les enseignants sont seuls dans l’exercice quotidien de leur métier qui devient alors une véritable course d’obstacles.

La valeur de l’engagement professionnel des enseignants du primaire doit être reconnue. Cela nécessite la mise en œuvre d’une véritable politique de rattrapage salarial. Le déroulement de carrière doit aussi être amélioré. Enfin, pour prendre en charge des dépenses personnelles induites par l’acquisition d’outils professionnels (matériel informatique, logiciel, ouvrages et matériels didactiques, abonnements...) une indemnité d’équipement professionnel doit voir le jour.

La réforme de la formation des enseignants, sous couvert d’un recrutement au niveau master (bac +5) a consisté à renvoyer l’apprentissage du métier à la seule pratique sur le terrain. Mis en situation d’enseignement sitôt le concours passé, les stagiaires de ces dernières années n’ont pu que s’adapter aux différentes dimensions du métier, heureusement souvent avec l’aide des collègues. Les maîtres formateurs, avec le démantèlement des IUFM, ont bien eu du mal à assurer un accompagnement pertinent et suffisant. Quant à la formation continue, elle n’a cessé de se réduire, se cantonnant souvent à des animations pédagogiques présentant de nouvelles injonctions... Le ministre s’est engagé à refonder la formation et à créer des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE). C’est dire si le chantier qui s’ouvre est important !

L’éducation prioritaire doit totalement se renouveler. Sur ces territoires qui concentrent les difficultés, se joue une grande partie des progrès de l’école. Le SNUipp pense que la loi doit affirmer le principe de compensation en faveur de l’éducation prioritaire pour lutter contre les inégalités. Ce serait une nouveauté qui engagerait l’État à programmer des réels efforts : réduction significative des effectifs, mise en œuvre du « plus de maîtres que de classes », scolarisation des moins de trois ans dans des conditions nouvelles et adaptées, formation et accompagnement des équipes, des RASED réhabilités.

Pour ce qui est de la concertation académique, elle est bien mal engagée. Des thèmes à mille lieues des préoccupations des collègues du 1er degré mise à part l’éducation prioritaire dont la réunion se tiendra dans le Var. 4 tables rondes en 4 jours, cette précipitation nous fait penser que les choses vont être bâclées.

Pour les travaux de ce jour, nous regrettons une nouvelle fois les annonces intempestives d’IEN avant la réunion du CTSD. Pour nous ce n’est pas ça le dialogue social.

Malgré les 1000 postes dégagés en urgence au moins de juin par le nouveau gouvernement nous savons que votre marge de manœuvre est étroite. Malgré tout le SNUipp présentera toutes les situations dont il a été saisi dans un esprit d’équité.

Nous nous opposerons aux fermetures sèches, nous vous interrogerons sur le fait que des écoles qui ont été traitées en groupe scolaire au mois de mars et ne le sont plus ce jour dans votre document de travail. Nous souhaiterions aborder lors de ce CTSD la question des allègements de service et des contrats aide à la rentrée.

Le SNUipp interviendra avec pugnacité dans le respect des personnes et pour la réussite des élèves.

Les mesures :

Levée de tous les blocages

Falicon - Romains

Nice - Arziari

L’ Escarene - Tilleuls

Cagnes / Mer - Ferry

Le Cannet - Ferry

Réouverture

Peymeinade - St Exupéry Ouvertures (provisoires)

Contes - Sclos de Contes

Nice - Digue des Français maternelle

Nice - St Sylvestre maternelle

Malgré les interventions répétées de la délégation du SNUipp-FSU, il n’y a pas d’allègements de service supplémentaires.

 

30 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.