www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Salaires : 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
27 juin 2010

Lu dans le Café pédagogique

L’annonce par la presse du gel des salaires des fonctionnaires est évidemment un électrochoc pour tous les fonctionnaires. Mais il sera plus vivement ressenti par les enseignants.

Il faut d’abord rappeler que le "gel" salarial sera en fait une baisse de salaire dans la mesure où le gouvernement entend en même temps augmenter le taux de cotisations sociales. C’est à terme un prélèvement de près de 3% du salaire.
Le Snuipp a calculé que c’est en moyenne 65 euros par mois en moins.

Déclassement. Le gel continuera à entretenir le sentiment de déclassement par rapport à d’autres salariés. En 2008, Dominique Goux et Eric Maurin avaient étudié l’évolution des salaires des enseignants par rapport aux salaires du privé. Ils écrivaient : " Du point de vue des enseignants, les décennies récentes ont été celles d’une réduction quantitative des groupes sociaux communément classés comme plus modestes qu’eux (ouvriers et employés), et d’une forte expansion des catégories généralement classées comme autant, sinon plus favorisées qu’eux (cadres et professions intermédiaires du privé). Cette évolution a incontestablement contribué à une forme de banalisation, sinon de déclassement des métiers enseignants".

Mais l’étude montrait aussi une évolution différente des rémunérations des enseignants et des autres fonctionnaires. "Les rémunérations versées par l’Etat à ses cadres non enseignants (ont) crû en moyenne – tous âges confondus- de 2,5% par an contre 1,9% seulement environ pour les enseignants (de 1982 à 2005), une différence considérable.

Pour mieux comprendre ce décrochage salarial des enseignants, il est éclairant de comparer l’évolution des traitements bruts avec celle des salaires bruts (traitement brut + primes et indemnités). Cette comparaison révèle que le déficit salarial croissant des enseignants est avant tout la conséquence d’une politique de rémunérations complémentaires (primes et indemnités) moins dynamique pour eux que pour les autres cadres A. En fait, les traitements bruts des enseignants ont augmenté à peu près exactement au même rythme que ceux des cadres non enseignants, mais leurs rémunérations complémentaires (primes et indemnités) beaucoup moins vite. En 2005, les enseignants du secondaire ont finalement des niveaux de traitements bruts assez similaires à ceux des autres cadres A de la fonction publique, mais ils gagnent en net près de 50% de moins, du fait d’indemnités et de primes considérablement plus".

Le gel des salaires des enseignants va donc accélérer leur déclassement par rapport aux salariés du privé. Mais il va aussi frapper une catégorie de fonctionnaires déjà défavorisée par rapport aux autres fonctionnaires.
En ce sens cette mesure qui tombe sur un corps où le climat social est déjà très dégradé a peu de chance d’être admise facilement.

 

40 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.