www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Début de carrière 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
17 février 2009

Formation des maîtres :Mensonges, Caricature et mépris n’amélioreront pas la formation des personnels !

La FSU s’insurge, en réaction aux propos de Xavier Darcos sur les IUFM tenus sur RMC le 12 février 2009.

Marqués par un déplorable obscurantisme, ces propos visent en fait à dissimuler les lacunes criantes et les risques de régression que comporte le dispositif aujourd’hui projeté par le gouvernement. Nier le travail des formateurs des IUFM et des UFR et de tous les personnels engagés dans la formation et ignorer leur professionnalité relève d’un discours de mépris et de régression qui augure très mal des projets gouvernementaux.

L’année de stage telle qu’elle est mise en œuvre depuis des années, en IUFM n’a rien d’un théorique ’simulateur de vol’ : les stagiaires sont placés dans des situations réelles devant des élèves tout aussi réels avec un aller retour établissement scolaire - IUFM permettant une réflexion sur leur pratique et une véritable formation professionnelle. C’est une étape essentielle de leur formation que le ministre projette purement et simplement de faire disparaître pour des raisons d’économies budgétaires. Ce sont les futurs recrutés et leurs élèves qui risquent de payer lourdement le prix.

Les questions en débat n’ont rien de ’sibyllin’ : il s’agit par exemple de l’articulation master/concours (place et contenu des concours, cadrage national des masters, …), du rôle et de la place des IUFM et de leurs personnels, des dispositions spécifiques pour certaines disciplines professionnelles de la voie professionnelle, de l’organisation de l’année de stage (contenu de formation, accompagnement des stagiaires, modalités des services, …), des aides aux étudiants et des pré-recrutements. De la réponse à ces questions dépendra la qualité de la formation professionnelle et disciplinaire des enseignants mais aussi de la démocratisation de l’accès au métier.

Exigeant une réforme cohérente et sérieusement pensée, la FSU renouvelle sa demande d’un report d’un an de la mise en place des nouveaux concours et d’une discussion permettant une remise à plat de l’ensemble du dispositif projeté et une négociation sur tous les points afin d’aboutir à une amélioration de la formation professionnelle et disciplinaire des maîtres ainsi qu’à une meilleure reconnaissance de leur qualification à travers le master.

Pour la FSU, il est absurde de réduire la part professionnelle dans la formation des futurs professionnels de l’enseignement. Les mobilisations en cours indiquent que ce système ne convainc personne.
- Les contenus des épreuves des concours envisagés sont encore trop centrés sur la vérification des contenus disciplinaires.
- Les stages des étudiants dans les classes sont sous-calibrés. Comment asseoir une première pratique professionnelle avec seulement 108 heures de stage en responsabilité durant l’année de Master 2 ?
- Le principe de l’alternance théorie/pratique est impossible à mettre en œuvre, d’autant moins que la place des formateurs d’IUFM et des formateurs de terrain n’est toujours pas, à ce jour, clairement définie dans l’université.
- Les conditions matérielles offertes aux étudiants qui prépareraient les concours sont négligées. Les annonces faites sur les bourses ou les emplois d’assistants pédagogiques sont insuffisantes ou inadaptées. Comment mener de front master 2, préparation au concours et activité rémunérée ?
- Les concours au niveau master2 risquent d’assécher les viviers de recrutement, avec des conséquences sociales et culturelles graves concernant les DOM.
- La stagiarisation après l’obtention du concours et du master 2 est prévue à temps complet dans une classe, en totale responsabilité. Sans réel suivi, sans évaluation régulière comment pourrait-elle s’insérer dans un processus de formation progressive ?
- Quid de l’achèvement du processus de transformation des IUFM avec leurs réseaux départementaux en véritables écoles professionnelles intégrées au sein des universités ;
- quid de l’ouverture d’une négociation visant à renforcer la professionnalisation dans la formation initiale de tous les enseignants. Elle devrait notamment porter sur le contenu des concours de recrutement maintenus au niveau licence, les modalités de la formation professionnelle et de sa validation par un master, les conditions de la poursuite de la formation après la prise de fonction des néo-titulaires.

Il ne s’agit pas de renoncer à la masterisation mais de la mettre au service d’une vraie formation professionnelle de haut niveau. À toute crise, il faut une issue. Aux politiques de savoir, et très vite, s’ils campent sur leurs positions ou si, dans l’intérêt général, ils souhaitent une sortie par le haut.

 

55 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.