www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Commissions paritaires 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
5 septembre 2005

Audience SNUipp/IA - 31 août 2005

Une délégation du SNUipp (Gilles JEAN, Gauthier BROQUET, Denis OLIVIER, Christophe MOTTUEL, Véronique GAZAGNAIRE, Jean KLEIN) a rencontré les responsables de l’Inspection Académique (M. MACCARIO, Inspecteur d’Académie ; Mme BRENNAN-SARDOU, IA adjointe ; M. DEVERRE, IEN adjoint à l’IA, Mme NECAS, Secrétaire Générale)

G. Jean, en préambule, a fait référence aux conférences de presse respectives du Ministre de l’Éducation Nationale et du Recteur de l’Académie de Nice.

Concernant les propos de G. de Robien, le SNUipp a souligné que les propos sur l’École Républicaine, l’égalité des chances ainsi que les « nouvelles » priorités, risquaient fort de tomber à plat, si les moyens ne suivaient pas, ce qui semble, une fois de plus, être le cas.

Nous avons noté que pendant les vacances, le Ministère avait décidé de changer de Recteur. Le SNUipp a d’ailleurs sollicité une audience auprès de lui, pour le 14 septembre, au niveau académique. Nous y aborderons, entre autre, la question des moyens. L’Inspecteur d’Académie a d’ailleurs tenu à rappeler que ce point était de la compétence du Recteur...

 CARTE SCOLAIRE :

Le SNUipp fera parvenir, dès la rentrée totalement effectuée dans notre département, une note de synthèse à l’IA, avant le CTP du 08 septembre.

Les mesures d’ajustement de la rentrée seront régularisées lors de ce CTP.

Le SNUipp a vivement réagi aux propos de M. Estrosi, qui, par voie de presse, s’attribue l’ouverture de la classe à Roquestéron. Pour nous, chacun doit assumer ses propres responsabilités, et en l’occurrence, il s’agit de l’Éducation Nationale (administration et représentants du personnel) et non pas des élus, fussent-ils Ministre... Nous considérons qu’il s’agit d’une dérive suffisamment grave, conséquence de la décentralisation, pour que nous fassions une intervention sur cette question au prochain CDEN.

Ensuite, un bilan rapide de la balance des postes (ce qui reste à l’IA pour faire la rentrée) a été fait, ainsi qu’un tour sommaire des situations connues de nous, pour lesquelles les collègues nous ont alerté à la fin de l’année scolaire dernière ou depuis la rentrée.

Un problème de secteur scolaire concernant St André et l’Ariane a été évoqué. Les dispositions en vigueur (convention de dérogations de secteur permettant « une mixité sociale » de la population scolaire, ne devraient pas être remis en cause par l’IA)

 DIRECTION et FONCTIONNEMENT de l’ÉCOLE

Le SNUipp a informé l’IA de la poursuite de la grève administrative, ainsi que de l’action du 21 septembre. Même si dans notre département, on a pu constater que le nombre de directions vacantes a légèrement baissé, et que les derniers ineat ont permis de trouver assez de collègues pour assurer les interim, il n’en reste pas moins que la direction n’attire plus (le mot est faible), que la charge de travail qui l’accompagne ne cesse d’augmenter, et que le temps pour le fonctionnement de l’école manque cruellement.

 EMPLOIS « VIE SCOLAIRE »

En fait, ce point a été traité, alors que nous parlions de la direction et du fonctionnement de l’École.

En effet, ces emplois « nouveaux » pourraient avoir, entre autre, vocation à aider au fonctionnement de la direction de l’école. Ils pourraient représenter « une aide administrative, y compris pour la direction d’école »... Cela dit, les précisions apportées par l’IA et par le Ministère sur leur statut, leur recrutement, leur rémunération et leurs attributions, nous laissent pour le moins perplexes et nous conduisent à vous appeler à la plus grande vigilance :

En effet, ces jeunes, recrutés sur des contrats extrêmement précaires (de 6 mois minimum à 2 ans maximum), de moins de 26 ans, sur les listings de l’ANPE, sans condition de diplôme, a priori, et étant confrontés à des difficultés d’insertion, se verront confier des tâches très variées.

Si philosophiquement, on peut trouver intéressant que l’Éducation Nationale se préoccupe de cette catégorie de jeunes qui, sortis du système éducatif, sont confrontés à des difficultés, nous nous interrogeons avec inquiétude sur la précarité qu’on leur offre et sur les tâches que le même Ministère entend leur confier pour répondre à des besoins criants de l’École.

Il est également envisagé de leur confier des missions proches de celles qu’on confie aujourd’hui aux assistants de vie scolaire, pour aider les enseignants à l’accueil des enfants handicapés, qui nécessitent une aide individuelle pour leur place dans la classe.

L’Inspecteur d’Académie envisage (la réflexion est à peine engagée sur le dossier) que ces jeunes soient affectés sur la base de projets faits par les écoles.

Ils seraient rattachés à des collèges ou à des lycées et se substitueraient aux anciens CES ou CEC.

Leur rémunération serait prise en charge pour 90% par le Ministère de la cohésion sociale et pour 10% par le Ministère de l’Éducation Nationale.

 ACCUEIL DES ENFANTS HANDICAPÉS

Evolution de la circulaire de 75, une circulaire extrêmement importante, datée du 16 août 2005, rappelle l’obligation pour les écoles, d’accueillir tous les enfants.

Sur ce dossier, le SNUipp a demandé à ce que les équipes pédagogiques soient formées pour l’accueil de ces enfants, afin que cela soit une réussite. Nous estimons que le caractère uniquement obligatoire d’une telle démarche risque fort de conduire à un échec.

Dans ce cadre, l’IA revient sur les CAE (emploi vie scolaire cf § précédent), en précisant qu’ils pourraient être une aide. Concernant la m ise en place des Maisons départementales des personnes handicapées (1er janvier 2006), rien de plus que ce que nous avons publié en page 4 du bulletin de rentrée. Les secrétaires de CCPE restent en théorie personnels Éducation Nationale et ne feront pas partie des personnels mis à disposition du conseil général, à l’inverse des personnels de CDES, qui, tout en restant fonctionnaires d’État seront placés sous l’autorité de la collectivité locale.

Le SNUipp a fait part de sa grande inquiétude devant ce nouvel aspect de la décentralisation, qui donne l’essentiel du pouvoir de décision au conseil général. L’Inspecteur d’Académie a tenu à préciser que les collectivités locales relèvent malgré tout du domaine public... de plus, pour lui, les secrétaires de CCPE ont vocation à être partie prenante des équipes pluridisciplinaires qui auront à préparer les dossiers des élèves concernés et à en assurer le suivi.

 UPI (Duruy)

Le retard d’ouverture de cette UPI (12 septembre) ne tient qu’à la volonté de l’IA d’en faire un événement, et en aucune façon de marginaliser cette structure au sein du collège.

 Écoles des neiges

La décentralisation encore !

Le SNUipp s’est ému du recrutement à la direction de la Colmiane d’un directeur NON ENSEIGNANT, par le conseil général, sans qu’aucune commission « mixte » n’ait été réunie.

L’Inspecteur d’Académie nous a dit avoir signé une convention le 20 août dernier, et nous a assurés qu’il exercerait, à l’avenir, une plus grande vigilance. S’il dit assumer la décision, il a tenu à rappeler qu’il n’était pas dans les Alpes-Maritimes au moment où la décision de mettre les personnels à disposition du Conseil général, avait été prise... Nous avons noté que nous considérions cette mesure comme un recul en matière de pédagogie. (L’IA a réfuté cet argument, rappelant que le responsable pédagogique de la classe est et reste l’enseignant)

D’autre part, le SNUipp a dénoncé ce qu’il interprète comme une dérive marchande de l’École selon une logique du « je paye : je décide ! » contraire avec notre conception du système éducatif en général.

 ÉVALUATIONS (CE2, 6ème, mais aussi GS/CP et CE1 pour 4 circonscriptions)

Si l’évaluation est un outil utile, le SNUipp a rappelé que les enseignants n’avaient pas attendu les différentes circulaires pour évaluer leurs élèves en début d’année, ni pour adapter leur enseignement aux difficultés constatées. Mais comme nous l’avons écrit dans le bulletin de rentrée, là c’est le trop-plein ! Nous avons fait état du « ras-le-bol » de la profession. Nous avons de plus souligné que ce travail supplémentaire qu’on demandait aux collègues, ne faisait l’objet d’aucun retour de l’administration en leur direction, ce que n’a pas contesté l’Inspecteur d’Académie.

Nous avons donc, en toute logique, demandé du temps pour faire ce travail qui du fait de son caractère normatif et même national, représentait une charge importante pour tous. L’IA refuse d’accorder ce temps demandé, et confirmé ce que disait le SNUipp concernant le caractère NON obligatoire des évaluations Grande Section/CP. La maîtrise en reste au conseil de cycle.

Pour lui, si l’évaluation CE2 est ce que l’on sait, celles qui concernent les Grandes sections/CP et les CE1 sont « des outils mis à la disposition des enseignants », qu’il pense utile d’utiliser...

Donc, seules les évaluations CE2 et 6ème ont un caractère formellement obligatoire.

Le SNUipp a demandé à l’Inspecteur d’Académie de le préciser à tous les IEN... Le SNUipp donnera sa position aux écoles en début de semaine prochaine.

 CAPASH

Cette année, le taux d’échec est sans précédant. Cela conduit certains collègues, découragés, à décider de ne pas s’y représenter. C’est, pour le SNUipp un dysfonctionnement majeur..

Il semble, en effet, que « l’animosité », entre les formateurs et le jury de CAPASH ait conduit à ce que les candidats échouent pour un nombre très important (26%). L’IA adjointe, présidente de ce jury a tenu a expliquer que depuis 2 ans, le taux d’échec était à peu près le même.

Nous avons demandé que les comparaisons portent sur plusieurs années en arrière, car c’est bien depuis 3 ans maintenant que nous vivons cette situation d’échecs.

Pour le reste, une rencontre est prévue très prochainement entre les 2 instances concernées pour lever le différend effectivement manifeste et opérer le rapprochement indispensable. Le SNUipp s’adresse également au Recteur, que nous rencontrons le 14 septembre.

Pour terminer, nous avons convenu d’une nouvelle rencontre sur la question de l’AIS, le plus rapidement possible.

 PROBLEME DE RECRUTEMENT SUR UN POSTE À PROFIL

Le SNUipp a été saisi par un collègue, convoqué à sa demande à un premier « rendez-vous » afin d’étudier la possibilité d’être remis sur la liste d’aptitude des directeurs de SEGPA, alors qu’il avait un avis défavorable.

Avant la commission d’entretien en vue du recrutement sur un poste à profil classe relais, il a été reçu par 2 fois pour se voir expliciter le contour du poste. Le SNUipp a tenu à préciser qu’il trouvait cette démarche quelque peu anormale, la CAPD n’ayant pas été saisie.

Nous avons perçu une « vive émotion » de la présidente de la commission au moment où nous avons abordé ce sujet. Elle a tenu à faire état de son professionnalisme et nié toute dérive que nous aurions pu laisser entendre.

 SITUATION DE LA CIRCONSCRIPION DE VENCE

L’IEN de la circonscription demande aux collègues de justifier le fait de ne pas habiter sur la commune où ils travaillent (pour ceux pour qui c’est le cas bien sûr)... Cette obligation de résidence n’existe plus depuis bien longtemps...Ne pas répondre à cette injonction...

Le SNUipp a demandé à ce que cette année démarre sous de nouveaux auspices, permettant à tous de travailler dans la sérénité et la confiance.

À suivre.

Le SNUipp est particulièrement attentif, et saura, s’il le faut, avec les collègues, être, lui aussi être réactif ! La rentrée est faite ! Les collègues ayant participé à la dernière audience de juin vont être reçus à nouveau par l’IA...

 

8 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.