www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Dossiers  / Les programmes  

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
29 avril 2008

Nouvelle version des programmes de l’école primaire : premières réactions :

3 questions à Gilles Moindrot Secrétaire Général du SNUipp

ECOLE PRIMAIRE "Appauvrissement et renoncement"

Concernant la nouvelle version des programmes de l’école primaire, le SNUipp dénonce une vision idéologique et passéiste de l’école primaire. Pouvez-vous être plus explicite ?

- Lorsque nous parlons d’idéologie, ce n’est pas au sens politique du terme mais au sens du parti pris. On laisse croire qu’on va revenir aux politiques de la morale, de la récitation… pour améliorer l’apprentissage des élèves, alors que ce n’est pas le cas.

L’apprentissage ne consiste pas à écouter le professeur, puis à répéter, apprendre par cœur en se disant que les élèves comprendront plus tard. Il faut amener les élèves vers la découverte et leur donner l’envie de le faire. Il faut leur donner le goût de l’apprentissage, de la curiosité et les mener vers la compréhension et la réflexion.

C’est exactement le même problème lorsque vous enseigner la musique. Si l’élève ne fait que du solfège et apprend des gammes par cœur, cela ne lui apporte rien et n’a aucun intérêt. Il faut qu’il puisse jouer de cet instrument rapidement. Sinon, c’est fade et cela devient frustrant et inintéressant.

Que pensez-vous du renforcement des horaires de français et mathématiques au détriment de matières comme l’histoire-géographie ou les sciences ? N’est-ce pas réduire les connaissances des élèves ?

- C’est le risque. Il faut faire attention. De plus, le ministre n’augmente pas les horaires de français et de mathématiques. Il les maintient en l’état. D’un autre côté, il souhaite rajouter une heure de sport sans toucher aux horaires. Comment cela sera-t-il possible ?

Xavier Darcos veut maintenir tous les objectifs de l’école. Cela ne peut qu’alourdir le programme. Tout ceci va aboutir à un programme plus lourd pour des horaires moindres. On va se retrouver avec un travail superficiel et des élèves en difficulté qui ne pourront pas suivre et prendre le temps de revenir sur les points qu’ils n’auront pas compris. Et ce sera tant pis pour eux. Ce n’est pas admissible.

La progression par "niveaux" semble être appréciée par les professeurs des écoles. Qu’est-ce que cela signifie ? Et y a-t-il d’autres points de la réforme pour lesquels vous avis un avis positif ?

- Cela consiste à indiquer, dans le courant de l’année, l’évolution du programme pour une classe donnée qui aura vu telle ou telle chose et à préciser l’évolution dans l’apprentissage. Et nous sommes d’accord sur ce point.

Et c’est bien le seul sur lequel nous donnons notre accord. Dans le fond, la philosophie du texte du ministre reste la même. Cela équivaut à l’appauvrissement et au renoncement. C’est pourquoi, le 15 mai prochain, nous appelons à la mobilisation afin que le ministre revienne sur cette réforme. Nous en appelons à sa sagesse. Il serait bon qu’il évolue dans sa décision.

 

11 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.