www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Alpes-Maritimes

Vous êtes actuellement : Commissions paritaires 

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
7 septembre 2007

Compte rendu du CTPD du mardi 6 septembre 2007

Les élus du SNUipp ont défendu les situations des écoles, notamment à l’appui des effectifs fournis par les collègues.

Déclaration liminaire du SNUipp lors du CTPD

Nous siégeons aujourd’hui dans un contexte très particulier. Le président de la République vient d’adresser une lettre à chaque enseignant pour annoncer ses principales intentions en matière éducative. Ce texte prétend afficher une vision ambitieuse pour l’école en annonçant sa « refondation ». Il affirme qu’aucun retour en arrière n’est possible. Au delà de la nécessité de l’apprentissage des différences à l’école, de l’importance d’une culture commune ou de l’affirmation de la maternelle comme une priorité, les accents parfois lyriques ne peuvent masquer de véritables impasses.

Quel avenir est réservé aux élèves qui n’auraient pas fait la preuve qu’ils pouvaient entrer en 6ème ?

Comment croire à une amélioration de l’école qui commencerait par une réduction du nombre d’enseignants ? Pourquoi opposer quantité et qualité et décréter une diminution du nombre d’heure de cours ?

Les réponses apportées à ces questions constituent de véritables dangers pour l’école publique et ses élèves. Ces questions devraient faire l’objet d’un véritable dialogue social.

Le rapport du haut conseil de l’évaluation constitue une véritable provocation en cette rentrée où la maternelle est prise pour cible dans le cadre de sa responsabilité supposé de l’échec scolaire. Il y a fort à parier qu’elle ne devienne la variable d’ajustement pour les dotations en poste pour les années à venir. La chute de la scolarisation des enfants de moins de trois ans, tant au plan national que départemental, en est la preuve. Ce n’est pas en donnant moins au écoles que les élèves réussiront mieux.

Le SNUipp, dans les semaines qui viennent renouvellera ses propositions de transformation de l’école et du métier d’enseignant en faveur de la réussite de tous les élèves.

Il invitera l’ensemble des enseignants des écoles à construire une initiative d’ampleur nationale en faveur de l’école.

Pour ce qui est des travaux de ce jour, les propositions faites sont peu nombreuses. Des mesures ont été adoptées en juin et en août sur un constat partagé. Cette anticipation est une bonne chose car elle permet de nommer de collègues avant la rentrée. Nous avons bien conscience qu’il ne s’agit que d’ajustements de rentrée. Le SNUipp entend lors de ces travaux vous faire part de situations d’école où aucune mesure n’est envisagée.

Le contexte pour l’éducation nationale n’est pas favorable avec la suppression de 11200 postes pour la rentrée 2007 tous secteurs confondus alors que l’on attend par exemple dans le premier degré 35000 élèves de plus pour 700 emplois crées, soit un poste pour 50 élèves.

A cela s’ajoute la suppression de 400 postes de personnels administratif alors que chacun sait l’importance qu’ils ont pour le bon fonctionnement du système éducatif. La saignée est encore plus importante pour le second degré.

Alors que le recul du nombre d’élèves scolarisés dans nos écoles même s’il est réel n’est pas significatif au vu des presque 89000 élèves présents dans nos écoles, les Alpes-Maritimes se voient ponctionner de 16 postes après un retrait de 12 postes en 2006. Cette rentrée 2007 ne pouvait être miraculeuse pour le département.

Les déclarations du Recteur ne convaincront personne d’une amélioration des conditions d’enseignement. Nous sommes d’ailleurs fort inquiets pour les années à venir sur les dotations pour les Alpes Maritimes, sachant que s’il s’agit lors des répartitions entre le var et notre département de faire la jonction des P/E, nous risquons de perdre des postes pendant des années.

Nous serons attentifs à l’évolution des effectifs dans le Var.

La rentrée se fait avec des points de tension dans plusieurs écoles. Le SNUipp s’est rendu partout, jouant pleinement sont rôle de défense de l’école.

Toutes les annonces et décisions vont actuellement dans le mauvais sens et n’ont qu’un seul but : vouloir faire croire que l’on réforme alors même que l’éducation nationale est la vache à lait de la réduction de la dépense publique. La LOLF, qui devait être un outil de contrôle, s’avère être un rouleau compresseur de restrictions budgétaires et un moyen opaque de justifier des reculs éducatifs.

Tous ces choix tournent le dos aux besoins réels de l’école, et hypothèquent l’avenir de la jeunesse et de la nation.

Quant à nous, nous décrétons l’état d’urgence pour l’École et exigeons une autre rentrée 2007 placée sous le signe de l’ambition et une autre politique éducative pour le pays.

Ouvertures :

- Nice Ecole Darsonval
- Drap Condamine Maternelle
- Touët/Var
- Chateauneuf Villevieille

Fermetures :

- Nice Las PLanas Mx (utilisation d’un maître en surnombre pour faire du soutien)
- Berre les Alpes Mx
- Mandelieu Mimosas

Levées de blocage :

- Bendejun
- 3 postes Animation Langue vivante

 

52 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 06 : 34 avenue du Docteur Menard - 06000 NICE

Tel : 04.92.00.02.00

Fax : 04.93.35.75.52

Email : Ecrire au SNUipp 06

site : http://06.snuipp.fr


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Alpes-Maritimes, tous droits réservés.